Les Ecologistes. Plateforme de l'USD contre le productivisme

13 octobre 2014

Nucléaire ou transition énergétique ? Il faut choisir !

Mercredi 8 octobre, devant l’Assemblée Nationale, le réseau Sortir du Nucléaire a remis la pétition "Nucléaire ou transition énergétique ? Il faut choisir !", déjà signée par plus de 34000 personnes, au député Philippe Plisson, rapporteur du titre nucléaire sur la "loi de transition énergétique pour une croissance verte".

L'Union Sociale Démocratique, mouvement engagé contre le productivisme et contre l'horreur nucléaire, s'associe à cette pétition et appelle à la signer massivement.

http://www.sortirdunucleaire.org/Loi-transition

Posté par redacteurs à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


03 septembre 2014

Contre le grand projet inutile du Testet (81) : solidarité avec les résistants

Contre le grand projet inutile du Testet (81) : solidarité avec les résistants

L'Union Sociale Démocratique, mouvement résolument anti-productiviste, apporte son soutien à la population du Testet, dans le Tarn, en proie à une féroce répression. En effet, depuis plusieurs mois, la population locale se mobilise contre un projet de barrage hydroélectrique non seulement inutile, mais surtout nuisible à la zone humide sur lequel il sera construit.

Nous exigeons l'arrêt immédiat du déboisement du site du Testet, ainsi que la mise en place d'un moratoire concernant ce projet destructeur pour l'environnement et inutile économiquement.

Posté par redacteurs à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2014

"Les écologistes" : un lancement réussi !

ecoloslogoLes 30 et 31 août dernier à Aix-les-Bains (73), la coordination départementale de Savoie de l'Union Sociale Démocratique a accueilli les premières rencontres anti-productivistes de la toute nouvelle plateforme web "Les écologistes".

Une cinquantaine d'adhérents et sympathisants venus de toute la France ont fait le déplacement afin d'échanger sur divers thèmes en lien avec les luttes environnementales et anti-productivistes.

 

L'équipe de la plateforme web "Les écologistes".

Posté par redacteurs à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2014

Rencontres anti-productivistes les 30 et 31 août à Aix-Les-Bains (73)

ecoloslogo Samedi 30 et dimanche 31 août 2014, à Aix-les-Bains, au coeur du pays savoyard, nous vous invitons aux 1ères rencontres anti-productivistes, à l'occasion du lancement officiel de la plateforme web de l'Union Sociale Démocratique "Les écologistes".

 Vous trouverez toutes les informations sur ces journées ici :

http://unionsocialedemocratique.asso-web.com/evenement-141-rencontres-anti-productivistes-les-30-et-31-aout-a-aix-les-bains-73.html

 Nous espérons vous y voir nombreuses et nombreux !

 L'équipe d'animation "Les écologistes".

Posté par redacteurs à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2014

Notre-Dame-des-Landes : l'abandon, c'est maintenant !

Notre-Dame-des-Landes : l'abandon, c'est maintenant !

L'Union Sociale Démocratique, au coeur des mobilisations écologistes et anti-productivistes, appelle à participer aux journées de mobilisations contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44).

Le rassemblement des 5 et 6 juillet sur les terres de Bellevue à Notre Dame des Landes sera précédé par des évènements et des caravanes de convergence partant de plusieurs lieux de luttes emblématiques partout en France. Soyons nombreux à les accompagner !

En 2012, nous avons dit « La lutte, c’est maintenant ! »
En 2013, « toujours présents, toujours résistants, plus légitimes que jamais ! Enterrons le projet ! »
En 2014, osons dire : « l’abandon, c’est maintenant ! »
Maintenant qu’il faut l’arracher ! La victoire définitive est à la portée de nos efforts !

Réussissons lors du rassemblement - convergences 2014 une nouvelle mobilisation exceptionnelle !

Evénement organisé par la Coordination des opposants au projet de Notre Dame des Landes : 50 groupes (associations, syndicats et mouvements politiques)

Toutes les infos et programme sur le site : http://www.notredamedeslandes2014.org/

Posté par redacteurs à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07 novembre 2012

Notre-Dame-des-Landes : Stop à la répression ! STOP à l’aéroport !

Notre-Dame-des-Landes : Stop à la répression ! STOP à l’aéroport !

Appel unitaire du 7 novembre 2012

 

Engagée depuis des années, la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes connait une nouvelle intensité. Elle repart de plus belle depuis que le 16 octobre le gouvernement a décidé d’expulser les habitants de la Zone à Défendre, sur laquelle doit commencer le bétonnage.


 

Contre un projet :

  • Inutile !
    Une modification de l’aéroport actuel, très bien noté par l’aviation civile et loin de la saturation en vols, est possible pour résoudre les problèmes tels que le survol permanent de la ville de Nantes. .
  • Nuisible !
    Il va bétonner plus de 2 000 ha de terres préservées et nourricières, à quelques km de Nantes. Les surfaces agricoles disparaissent à grande vitesse dans notre pays ; les zones humides sont de précieuses réserves de biodiversité ; le déclin à terme des vols de courte et moyenne distance est une conséquence du pic de production du pétrole et des impératifs de la lutte contre l’effet de serre. Un tel projet est inconcevable en pleine crise écologique.
  • Insensé !
    Au niveau de l’emploi il ne ferait que déplacer des populations, augmentant le déséquilibre Nord Loire/Sud Loire, et détruirait tout un réseau d’emplois liés à l’agriculture (au moins 600). Quant aux emplois liés à la construction, si tant est qu’ils puissent être locaux, ils seraient plus avantageusement créés en construisant des logements, des collèges ou autres structures de santé répondant à des besoins réels et urgents de la population.
  • Gaspilleur !
    En pleine période restriction budgétaire et de mise en place de l’austérité institutionnelle par le vote inique du TSCG, le PS s’acharne à vouloir construire cet aéroport, qui ne servira qu’à engraisser le groupe Vinci, pieuvre malsaine qui étend ses tentacules vénéneux dans tous les coins du monde, toujours dans ce type de projets insensés, mégalomanes et destructeurs. Il n’hésite pas à transformer les forces de l’ordre en gardiennes des intérêts privés de Vinci, au prix d’une coûteuse opération de type militaire.

Ce modèle de développement basé sur le profit capitaliste, est une course au productivisme qui sacrifie terres, paysans et populations locales. Face à la répression, toute notre solidarité va aux premières victimes. Cette actualité nous amène à amplifier les résistances, la solidarité et les convergences avec tous ceux et toutes celles qui refusent l’avenir bétonné et les profits de Vinci.

Nous soutenons les initiatives de soutien à la lutte de Notre-Dame-des-Landes et appelons à rejoindre les comités de solidarité et de résistance pour stopper ce projet et faire reculer la multinationale et le gouvernement.

Le 17 novembre a lieu la manifestation de réoccupation des terrains évacués ; elle doit être la plus massive possible et suivie d’autres actions diverses et unitaires.

  • Arrêt immédiat des expulsions et des destructions,
  • Arrêt immédiat de la répression et de l’occupation de la zone par les forces de l’ordre.
  •  

Nous sommes dans une phase cruciale. Soit le gouvernement et son premier ministre Ayrault, s’acharnent et s’obstinent par la force à construire cet aéroport, et on assistera à une résistance citoyenne et populaire sur tout le territoire avec le soutien et la détermination de plus en plus d’organisations associatives, syndicales et politiques, qui fondent le terreau de la majorité des citoyens qui ont chassé Sarkozy et son gouvernement. Soit ce gouvernement et son président décrètent un moratoire sur tout le projet et acceptent de reconsidérer le projet dans son ensemble.

Au-delà, c’est un modèle de développement qu’il faut remettre en cause, celui qui au nom du profit et de l’inexorable besoin de déplacements aériens est prêt à sacrifier terres, paysan-ne-s et populations. Capitalisme et productivisme constituent les deux faces d’un même problème.

 

Nous voulons imposer une autre logique porteuse d’une alternative politique au social-libéralisme.

 

P.-S.

Pour participer à la manifestation du 17 novembre à Notre Dame des Landes, inscrivez-vous dans un bus francilien à l’adresse suivante : bus17novembreparisidf@riseup.net

Posté par redacteurs à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2011

Tracto-vélo : un succès qui fait de Notre Dame des Landes un des enjeux politiques majeurs du 21ème siècle

Tracto-vélo : un succès qui fait de Notre Dame des Landes un des enjeux politiques majeurs du 21ème siècle

 Avec plus de 3000 personnes, ce 12 novembre devant le Sénat, la tracto-vélo, commencée à Notre Dame des Landes le 6 novembre dernier, se termine en apothéose. Ce succès collectif des opposant-e-s au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, associations, syndicats et partis politiques réunis, marque indéniablement et positivement une nouvelle étape du bras de fer politique qui les oppose à la droite sarkozyste et au PS.

Les conclusions de l’étude indépendante récemment révélée sont sans appel : les documents économiques sur lesquels le débat public a reposé sont minés et défaillants sur de nombreux points. Les décisions qui ont suivi (déclaration d’utilité publique, vote sur les financements destinés au concessionnaire Vinci) ne sont donc pas valides. L’Etat doit abroger les décrets d’utilité publique et reprendre le dossier en totalité.

 Pour l'Union Sociale Démocratique, qui participe à la lutte contre ce projet aberrant, Notre Dame des Landes, emblématique des luttes écologiques et sociales, constitue un enjeu décisif pour le 21ème siècle.

 La puissante mobilisation d’aujourd’hui porte un signal clair à la droite gouvernementale et au Parti Socialiste : rester la tête dans le sable ou reconnaître enfin les faiblesses du dossier et demander son réexamen.

 En tout état de cause, la mobilisation citoyenne continue et sort grandement renforcée du succès de cette semaine de la tracto-vélo.

Ecologiquement, économiquement et socialement la construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes est une absurdité. Nous garderons les terres de Notre Dame des Landes. Vinci doit dégager.

Posté par redacteurs à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 avril 2011

Gaz et huile de schiste : Assez de promesses !

Depuis plusieurs mois, la mobilisation s’amplifie en France contre l’aberration écologique que représente l’exploitation des gaz et huile de schistes.

Prolonger encore l’illusion de l’indépendance énergétique à travers la promesse d’une catastrophe écologique : voilà le projet soutenu par le gouvernement et les entreprises privées détentrices de permis d’exploration et exploitation (Toréador, Vermilion, etc.). Après avoir donné son accord en 2010 dans la plus grande opacité, le gouvernement a proposé un moratoire de 6 mois et la mise en place d’une mission parlementaire face à la montée de la colère populaire et à la détermination des nombreux collectifs créés dans la majorité des régions concernées. Cela a mis en branle l’establishment politique et a conduit au dépôt de propositions de lois venant de l’UMP comme du PS et visant à obtenir l’abrogation ou la suspension des permis délivrés mais sans pourtant exiger leur retrait immédiat compte tenu des dégâts provoqués (gaspillage et pollution de l’eau, des sols, dévastation du paysage).

La mobilisation de la population face à la perspective d’un tel désastre écologique serait ainsi récupérée dans le cadre d’un simple débat politicien et les vrais enjeux du problème seraient totalement évacués. Ces promesses politiques n’ont qu’un seul but : démobiliser les forces militantes opposées à ce projet et empêcher que le mouvement de protestation ne prenne trop d’ampleur en cette période pré-électorale. En témoignent, les déclarations récentes du premier ministre qui se veut catégorique en demandant le gel des permis et en laissant sous-entendre que ce qu’une loi fait, une autre peut la défaire.

Car derrière ces manœuvres électorales, les enjeux sont clairs : maintenir les profits des sociétés exploitantes et de l’industrie pétrolière en général. Sans perdre de temps, réunie à travers le lobby de l’amicale des foreurs, cette industrie a déjà commencé un travail de désinformation agressif en direction des député-es en vue de l’examen des lois qui aura lieu le 10 mai.

Dans ce contexte, l'Union Sociale Démocratique s’est associée aux mobilisations qui ont eu lieu le week-end dernier et réaffirme plus que jamais son soutien actif aux personnes mobilisées depuis plusieurs mois pour demander l’arrêt immédiat et définitif en France comme ailleurs de l’exploration et exploitation des gaz et huiles de schiste. Une absence de débat démocratique, une catastrophe écologique en suspens, voilà où conduit la logique mortifère du système capitaliste.

Posté par redacteurs à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2011

Au Japon, comme ailleurs, le nucléaire ça suffit !

Au Japon, comme ailleurs, le nucléaire ça suffit !

Première nation martyre de l’atome militaire au XXe siècle, le Japon risque aujourd’hui de payer un tribut encore plus lourd au nucléaire civil pour avoir cru aux mensonges lénifiants de la nucléocratie mondiale.

L’explosion ce samedi matin d’un des bâtiments de la centrale de Fukushima Daiishi, avec évacuation de dizaines de milliers de personnes, et dégagement de césium et d’iode radioactifs, a hélas confirmé les craintes d’hier. Mais ce drame menace de n’être que l’amorce d’un enchaînement de catastrophes encore plus dramatique, dans un pays déjà très fragilisé par plusieurs séismes et tsunamis, et toujours à la merci de répliques.

Equipé de presque autant de réacteurs nucléaires que la France sur un territoire une fois et demi moindre et trois fois plus peuplé, le Japon n’en tire que 30 % de sa production d’électricité. Vieux de 40 ans, le réacteur qui semble concerné par l’explosion avait été construit par l’américain General Electric. Or, sur les 11 réacteurs nippons mis en arrêt d’urgence hier pour cause de séisme, au moins 4 autres connaissent de graves problèmes de refroidissement, pouvant aussi aboutir à une fusion du cœur. Entre autres parce que le tsunami a mis hors service leurs diesels de secours.

En 2007, pourtant, un premier avertissement avait eu lieu. Un spectaculaire tremblement de terre avait obligé à fermer pendant 21 mois les sept réacteurs de la centrale de Kashiwazaki Kariwa. A l’époque, des sismologues japonais avaient prédit que, après une quarantaine d’années de relative accalmie correspondant précisément à la période d’essor des centrales nucléaires, la région allait connaître une quarantaine d’années de recrudescence sismique.

Malheureusement, leurs avertissements n’ont pas été entendus. Les pouvoirs publics et les industriels ont continué à faire comme si les différentes sources de risques de catastrophes pouvaient être évaluées séparément les unes des autres. Comme si les ingénieurs et les technocrates pouvaient tout maîtriser. Comme si la radioactivité n’était pas un des pires poisons pour les êtres vivants. Comme si la boulimie d’énergie, de profits et de croissance illimitée de quelques multinationales valait qu’on y sacrifie des peuples entiers.

A 16 jours du 32e anniversaire de l’accident de Three Mile Island, à guère plus d’un mois du 25e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, et en période de recrudescence des événements climatiques extrêmes, comment peut-on s’obstiner à multiplier ainsi les risques ? A quand un accident nucléaire majeur dans le pays de Sarkozy et d’Areva ?

 Entièrement solidaires des Japonais sinistrés, l'Union Sociale Démocratique réaffirme son opposition radicale au nucléaire. Les centrales nucléaires françaises qui ont dépassé les 30 ans doivent être fermées et un programme d’arrêt des autres centrales et de reconversion énergétique mis en œuvre. Les ventes de centrales nucléaires à l’étranger doivent cesser.

La radioactivité n’a pas de frontières : elle ne doit plus être banalisée !

Posté par redacteurs à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 janvier 2011

Exploitation du gaz de schiste, une impasse nauséabonde !

Exploitation du gaz de schiste, une impasse nauséabonde !

Le 1er mars 2010, le « Ministère de l’Ecologie » octroyait en catimini à plusieurs compagnies extractives des permis d’exploration pour rechercher du gaz de schiste sur plus de 4000 km2 autour du plateau du Larzac et ailleurs, soit 1% du territoire français. Cela inclut des secteurs comprenant des sites Seveso et des zones fortement nucléarisées. Cette décision a été prise en toute opacité, et en tout déni de démocratie. Elle est inacceptable.
3 ans après le lancement tonitruant du Grenelle de l’Environnement, les gaz de schiste font figure de nouvelle bulle spéculative censée doper la croissance verte aux mains des multinationales de l’énergie en quête de solutions à la raréfaction pétrolière.

 

Or si le gaz conventionnel contribue moins au changement climatique que le charbon, il en va tout autrement du gaz de schiste, en raison de ses techniques d’extraction. Celles-ci, voraces en eau, destructrices pour les paysages et les terres agricoles, sont par ailleurs déjà responsables en Amérique du Nord de graves pollutions atmosphériques et des nappes phréatiques. Les microséismes qu’elles engendrent pourraient en outre avoir des conséquences gravissimes dans des régions aussi peuplées que l’Europe. Ni ici, ni ailleurs, nous ne sommes prêts à payer ce prix pour une pseudo indépendance énergétique restant sous la coupe des multinationales.
Fuite en avant conditionnée par des choix politiques obéissant à la pression des multinationales (dont Total, European Gas Limited, Hess/Toreador, Schuepbach Energy, GDF Suez…), cette logique vise à pérenniser un modèle de développement énergétique et économique inéquitable, productiviste et confortant la consommations d’énergie fossile.
Pourtant, l’aggravation du contexte de crise climatique impose de sortir de ce modèle et d’inventer une logique économique réellement alternative pour préparer dès aujourd’hui une société de sobriété énergétique.

Beaucoup de citoyennes et citoyens le savent : il est temps que les élus les suivent et exigent l’arrêt de l’exploration. Il faut inverser cette logique génératrice de dégâts irréversibles qui ne vise qu’à, en rajoutant sans cesse des unités de production énergétique, augmenter la valeur boursière des multinationales au détriment de ce qui est le plus essentiel à la vie.
Le gaz de schiste doit rester dans les roches. Quant au gaz naturel classique, il doit servir en priorité à fermer les plus vieilles et les plus dangereuses de nos centrales nucléaires, condition sine qua non d’un réel développement des énergies renouvelables (solaire, éolien, petit hydraulique et hydrolien, biomasse, production du biogaz à partir des déchets…) en accord avec les populations concernées.

Parmi les propositions de l'Union Sociale Démocratique figurent donc :

  • la création d’un véritable service public de la production et des économies d’énergie, affranchi des lobbys de l’atome et des hydrocarbures ;
  • un plan de transition énergétique ambitieux donnant la priorité absolue aux économie d’énergie incluant un programme d’aide des particuliers à la rénovation thermique des bâtiments, incluant la mise en disposition de matériaux sains et simples à mettre en oeuvre ;
  • une réduction importante des transports par route, passant aussi par un réaménagement de l’urbanisme, une relocalisation et une décentralisation des activités, et une reconversion accompagnée de l’industrie automobile vers des secteurs écologiquement et socialement plus vertueux.

Posté par redacteurs à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :